Au milieu des vignes, édifié au alentour du 9e siècle, le couvent des frères voit le jour. En 1049, la chapelle fut consacrée à st Maurice(patron des bénédictins d’ebermunster) par le pape Léon IX. En 1811, la chapelle st Maurice se fit démolir par son nouveau propriétaire, et ce dernier redonne un petit coup de jeune à la propriété. Une écurie, garages, maison de maître bref une révolution.
En 1831, la propriété fut acquis par le chanoine André Raess, qui en fut un pensionnat qui fonctionnera de 1836 à 1841. Devenu évêque en 1842, il décida d’en faire une résidence d’été. Pourquoi pas?!
Il vendit ensuite le domaine en 1874 et le racheta en 1883. À sa mort le domaine fut offert à l’évêché. Les pères s’installèrent en 1888. Une église voit le jour et fut consacrée à Antoine de Padoue en 1890.
Pendant la seconde guerre mondiale, le couvent servit de poste de commandement alternative aux américains et allemands avant d’être ruiner.
En 1951, se sont les soeurs Clarisse de Marseille qui firent reconstruire le domaine. Et maintenant?
Abandonné depuis quelques années, tout cela à bien changer…
En se faufilant entre les portes et les murs recouvert de verdure, on peux entrevoir encore un petit cimetière. Après quelques grimpettes nous voilà à l’intérieur. Le silence est de mise…. Pas un bruit. L’odeur du vieux parquet en bois et du renfermé nous embaument délicatement dans une atmosphère de paix et de sérénité. Du sous sol dominé par des voûtes, aux longs couloirs qui mènent et bordent les dortoirs, plusieurs mélangent d’atmosphères, d’odeurs et de couleurs se baladent avec nous. Puis nous arrivons dans la fameuse chapelle…. Enfin ce qu’il en reste. Des débris dans le coeur, le vitrail cassé, la vie du lieu envolé….
Néanmoins, certaines choses sont la pour nous rappeler l’histoire et le passé de ce couvent qui c’est relevé après toutes ces batailles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.